Rhum Express: « Saoulé trop vite »

The Rum Diary (2011)

Rhum Express… Payez-vous en un verre… Décevant. Imbibé et imprégné…
Mauvaise idée de faire un trip Las Vegas Parano alors que l’histoire promettait bien plus que cette parodie ridicule. Malgré le jeu des acteurs, on touche le fond de la bouteille de rhum.

Synopsis officiel

« Lassé de sa vie new-yorkaise, Paul Kemp s’expatrie sur l’île paradisiaque de Porto Rico. Très vite, il adopte le rythme de la vie locale, fait de douceur de vivre et de beaucoup de rhum… Paul est engagé par un modeste journal local, le San Juan Star, dirigé par Lotterman. Il tombe aussi sous le charme de la très belle Chenault, une jeune femme fiancée à Sanderson, un homme d’affaires mouillé dans des contrats immobiliers douteux. Sanderson fait partie du nombre croissant d’entrepreneurs américains bien décidés à transformer la magnifique île en un paradis capitaliste réservé aux riches. Lorsque Kemp est engagé par Sanderson pour écrire un article élogieux sur son dernier plan véreux, il se retrouve face à un vrai choix : soit il met sa plume au service de cet homme d’affaires corrompu, soit il dénonce tout et révèle les trafics sordides. Sur l’île et ailleurs, son choix va faire des vagues… »

Bruce Robinson et Johnny Depp

Le pourtant excellent Johnny Depp ne parvient pas à sauver ce film dont il est également le producteur. Le réalisateur Bruce Robinson ne fait qu’allumer la caméra et laisse son ami Depp porter la pellicule sur ses épaules, un peu trop vieilles pour le rôle néanmoins.

Amber Heard & Johnny Depp

La brûlante Amber Heard crève l’écran en sex-symbol et rend le visionnage du film plus attrayant. Les second-rôles (Giovanni Ribisi,Michael Rispoli et Aaron Eckhart) sont bons et ajoutent un humour qui allège le caractère d’énorme beuverie du film. La musique et l’image est très agréable. Si seulement le scénario avait été mieux écrit, et le film édité comme il faut, l’ennui aurait été moindre. Ou alors, c’est que le roman de Hunter S. Thompson n’avait pas ce qu’il fallait pour faire un bon film. Et là, vous feriez mentir Johnny Depp, qui s’est fait un devoir de porter à l’écran le roman de son défunt ami Hunter S. Thompson. Dans l’adaptation de Robinson et Depp, il aurait fallu quelques aménagements pour rendre le story-telling plus agréable que le simple enchainement d’évènements déconnectés, uniquement lié par un doigt de rhum de Porto Rico.

Giovanni Ribisi, Johnny Depp & Michael Rispoli

Trop de scènes inutiles à la cohérence de l’histoire, et même si Robinson vous dira que c’est pour ne pas alourdir un film déjà long, certaines scènes « fan service de Las Vegas Parano » sont tout à fait éditables et ne nuiraient pas à la construction des personnages. A défaut d’avoir les plages de Porto Rico à côté, je vous propose de lire le roman avec un verre de Rhum, et le dernier FHM avec Amber Heard en couverture.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :