« Voir la Mer » ou non

Une fille un peu allumée (Pauline Lefebvre), un frère naif (Nicolas Giraud) et un ainé pessimiste (Clément Sibony). Voilà un trio infernal pour un road movie avec un but: Voir la Mer. Patrice Leconte s’améliore après deux échecs, mais il reste encore du travail à faire.

Dans ce film de Patrice Leconte, on est entre « les Valseuses » et « Jules et Jim », mais sans la finesse et l’humour de ces illustres réalisations. Même si le réalisateur semble avoir pris du plaisir avec ce film qui se veut solaire et insolent, il est simplement convenu. La mise en scène laisse à désirer, avec des situations convenues. Dans ce film trop léger, la fraicheur du jeu des acteurs est un plus. Il en est moins désagréable.

Pourtant, le synopsis était plaisant: une jolie fille en fuite, un camping car démodé et un voyage « roadtrip » jusqu’à St Jean de luz avec 2 frères sympathiques.

Deux frères, Clément Sibony et Nicolas Giraud, sont en route pour voir la mer et leur mère. Puis il y a cette fille, imprévisible, aguicheuse, un peu garce: Pauline lefebvre dans un premier rôle qu’une autre ancienne miss météo de Canal+, Louise Bourgoin, n’aurait pas renié. Et l’amant éconduit prêt à tout pour la retrouver (Gilles Cohen).

Quelques plans originaux:

Mais pas forcément utiles: il filme les acteurs qui jouent sans parler, et les fait s’exprimer en voix off tout en continuant de les filmer bouche fermée. Pourquoi ne pas les avoir filmer dire les répliques au lieu de mettre une séquence qui dure autant, mais filmé en version film muet. Ou encore le jeu des produits régionaux, où on voit un insert photo quand ils énoncent un produit. Sommes nous à ce point inculte qu’il faille nous le montrer?

Une fille qui s’immisce dans la complicité d’une fratrie. Dans leur temps, leur vie, et leur coeur. Sauf qu’en plus, elle leur demande de partager leur désir. Elle les manipule, et ils se laissent faire, tant bien que mal. Elle ne veut pas choisir l’un ou l’autre. On tire à la courte paile, pour savoir comment le trio va se partager « comme un gateau ». Les frères ont vraiment un côté naif et en même temps, c’est plausible. On suppose que l’on réagirait pareil dans une telle situation.

Des questions

Est ce que 2 frères se trahirait pour une fille, lorsque l’un déclare qu’il est amoureux? Une femme qui séduirait les 2 sans leur laisser de possibilité de se protéger.

On a peur d’une fin courue d’avance. La fille fait l’amour aux deux frères, mais utilise-t-elle un moyen de contraception? Et est ce que c’est de l’inceste si deux frères se tapent la même fille? Séparement? En même temps? Cela reste dans la famille, non? « Mais vous êtes frères, où est le mal? »

En tous cas,  le film ne donne pas vraiment de réponses, prétextant une légéreté et une candeur rafraichissante. Et puis vient le moment où elle disparait presque comme elle est apparue: « on se retrouvera toujours ».

On espère que l’on pourra retrouver Patrice Leconte dans un film avec un vrai scénario. Après l’horrible Bronzés 3 et la Guerre des Miss, il était temps pour un film plus léger et insouciant. Il faut l’avouer, Pauline Lefèvre est une tsunami Blond, humide et sensuel. Et à ce titre, on veut bien voir Clément Sibony et Nicolas Giraud se faire alpaguer.

Voir la mer (2011), une  comédie de Patrice Leconte, avec Clément Sibony, Nicolas Giraud, Pauline Lefèvre, Gilles Cohen. Durée : 1 h 31. Sortie le 4 mai 2011

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :