Patrice patine sur The Rising Of The Son


Le germano-sierra-léonais Patrice Bart-Williams a eu un début de carrière exemplaire grâce à ses albums reggae-folk au style unique et engagé. Mais force est de constater que depuis son excellent « Nile » en 2005, Patrice n’est plus que l’ombre de lui-même ou presque. Une baisse de régime que l’autocollant promotionnel sur son dernier album « The Rising Of The Son » reconnaît implicitement en parlant d’un retour du vrai Patrice. Qu’en est-il vraiment de ce septième album ?

Le premier morceau Alive est plutôt surprenant. Un morceau très tendance avec ce genre de rythmique hip-hop que l’on associe plus habituellement à Drake ou Lil Wayne qu’à Patrice. Rajoutez à cela la voix Auto-Tunée de l’artiste dancehall Busy Signal, invité sur le morceau. Un dancehall heureusement peu représentatif du style de l’album, même si Patrice a tendance à chanter de plus en plus à la manière singjay, c’est-à-dire à mi-chemin entre toasting et chant. En revanche, on sent beaucoup l’influence de The Clash sur certains morceaux comme Boxes et surtout le reggae-rock God Bless You La La La, en duo avec le soulman américain Cody ChesnuTT. Incontestablement les meilleurs du lot avec Every Second, dans un style reggae plus traditionnel et one drop. Le sautillant 1 In 7, sorte de ska mâtiné de dubstep, est par contre insupportable.

Par ailleurs, Patrice a eu la main trop lourde sur les ballades, qui ne sont hélas pas aussi réussies que par le passé. Faces est un duo avec la Belge Selah Sue. Lover Man, un lovers rock au fort parfum irritant de « déjà entendu ». Quant à Good Tomorrow, en duo avec la chanteuse Ikaya, c’est peut-être le morceau le plus pop et radiogénique de Patrice à ce jour, avec sa chorale africaine en fin de morceau. Un peu cliché tout de même.

Ce nouvel album souffre de l’absence de morceaux véritablement forts ou mémorables. Où sont passés les classiques instantanés qu’étaient Everyday Good, Soulstorm et autre Up In My Room ? Même les versions acoustiques présentes sur l’édition deluxe ne parviennent pas à rehausser le niveau. Comme son prédécesseur, « The Rising Of The Son » n’offre à l’auditeur qu’un reggae dilué et en panne d’inspiration. Patrice peut largement mieux faire…

Publicités
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Capricorn Sun | Patrice – The Rising Of The Son (2013)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :