La Malédiction de Chucky, un bon nanar assumé

Vous voulez jouer ? Après 9 ans d’absence, la poupée maléfique Chucky débarque sur notre petit écran avec un nouvel opus.

Il aura fallu quand même 9 ans à son créateur Don Mancini pour s’atteler à une suite après les mitigés La fiancée de Chucky  et le fils de Chucky.  Don Mancini change le ton et quitte le côté assez humoristique et bordélique des deux derniers volets pour se concentrer sur son criminel préféré et nous en dévoiler un peu plus sur son passé. Il n’est plus non seulement question de la recherche d’une âme, cette fois la poupée a des comptes à régler.

Dans ce nouveau volet la victime principale s’appelle Nica. Cette jeune femme, en fauteuil roulant (oui ce détail à son importance) voit sa vie changer lorsqu’elle reçoit sans raison apparente un colis contenant la poupée Brave Gars Chucky. Elle n’y prête pas particulièrement attention jusqu’à ce que sa mère décède mystérieusement. La famille réunie pour les funérailles va alors faire face à un véritable carnage.

Si dans les années 80, Chucky était apparu comme un slasher d’un genre nouveau, 25 ans plus tard il apparait un peu légèrement has-been. La poupée a perdu en style. Les meurtres et les attaques s’enchainent avec une pointe « d’originalité » qui fait – parfois- plus rire que sursauter. On s’étonne ou on se lasse toujours de la naïveté des personnages qui ne voient pas le danger venir bien qu’une gamine de 8 ans le leur signale.

la malédiction de Chucky

Côté casting, des inconnus -ou presque- qui pour la plupart ne semblent pas très convaincus… Ni convaincants. Pour une raison inconnue, la production a même changé le visage de Chucky au point qu’on ne reconnait plus la poupée si mythique et effrayante de Jeu d’Enfant. Quant à ses délicieuses punchlines, elles ne sont plus ce qu’elles étaient. Au final, le film marque surtout le retour de Brad Dourif (la voix en VO de Chucky depuis Jeu d’Enfant) en tant que Charles Lee Ray. Ici, l’acteur a l’occasion de donner la réplique à quelqu’un d’assez  familier pour lui puisqu’il s’agit de Fiona Dourif, sa propre fille. La jeune femme tire son épingle du jeu et apparait comme la véritable révélation de ce film.

Quelques surprises ici et là donnent un peu de rythme à cette histoire somme toute distrayante. Dommage que les producteurs aient voulu à tout prix faire un clin d’œil aux fans avec une scène supplémentaire après le générique. Cette scène bien que sympathique rend totalement incompréhensible la fin du film.

En clair, la malédiction de Chucky n’est pas vraiment LA suite exceptionnelle tant attendue mais un bon nanard largement assumé par la production puisque le film est sorti directement en DVD.  Ce nouveau volet s’inscrit clairement comme une envie de ranimer la poupée juste par pur plaisir et rien de plus…et en fin de compte c’est ainsi qu’il faut l’apprécier.

La malédiction de Chucky est disponible en DVD depuis le 1 novembre.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :