Tunnel : en verrons-nous le bout?

Sortie le 20 Décembre 2013 en DVD, Tunnel est certainement la meilleure création Canal+ de ses dernières années après entre autre, le décevant remake du  Prisonnier. Tunnel est le remake de la série suédo-danoise Bron. Le départ original de la série est le suivant : au milieu du tunnel sous la manche est retrouvé un cadavre coupé en deux. Il s’agit en fait d’une part du tronc de la leader d’extrême-droite française et d’autre part, des jambes d’une prostituée galloise. Les forces de police françaises et britanniques vont devoir mener l’enquête de front.

Fort heureusement, on évite une comparaison franchouillarde et bas du front des deux pays. Ce sont les points communs qui rassemblent qui vont être mis en exergues. Et malheureusement, ce ne sont pas les plus flatteurs. La série a cette force qu’en dix épisodes seulement, elle livre un diaporama exhaustif des travers de nos sociétés actuelles. Un déséquilibré répondant au nom de « Terroriste de la vérité » va mettre en lumière certains maux qui rongent nos deux pays. Malgré ses agissements condamnables, le propos ne sera mis que très rarement en doute par les deux enquêteurs:  toute l’absurde nécessité du désespoir qui peut pousser à la lutte armée et au terrorisme. En somme, le terrorisme est fermement condamné comme une solution non viable mais les raisons de son émergence ne sont pas ici minimisées. Nous sommes loins de séries américaines NCIS & Co. trop manichéennes. Et c’est une bonne chose en ces temps où les actes éclipsent les discours. Ou parfois l’inverse. Autre point fort, la série nous balade aisément de suspicions en suspicions pour dévoiler des motifs plus personnels à cette croisade terroriste. L’individualisme et l’instrumentalisation des souffrances populaires, autre maux du siècle…

Cédric Vieira et Clémence Poésy dans le Tunnel

Élise Wassermann, la flic française jouée par Clémence Poésy, est une femme renfermée sur elle-même et droite tandis que Stephen Dillane incarne Karl Roebuck le flic britannique, un personnage plus ambigu mais disposant d’un vrai capital sympathie. Si les deux personnages restent de bons flics, il est intéressant de constater que l’on s’attache plus facilement à Karl, sous ses dehors débonnaires, alors qu’il a un certain défaut: celui d’être infidèle à sa femme pourtant très douce. Tandis qu’Élise est rendue antipathique -par sa froide présence- bien qu’elle reste irréprochable la saison durant. Aurions-nous davantage besoin d’humour ? Du pain et des jeux ?

Chaque épisode est donc une occasion de réfléchir sur les tenants et les aboutissants de nos modes de vie. Pêle-mêle, les scénaristes de la série dénoncent à travers les actes du terroriste, l’abandon de nos personnes âgées, celui de nos vétérans de guerre, une certaine impuissance de la police face aux réseaux de prostitution, le travail des enfants dans le tiers-monde, etc… Chaque tableau est l’occasion de manipuler la police et l’opinion publique. Par exemple, en échange de la libération d’enfants, le terroriste demande sur son blog à la population de se déchaîner sur plusieurs enseignes de prêt-à-porter. Un coup de colère libératoire que la foule s’empresse d’accepter. Avant de recommencer leurs emplettes chez la concurrence le lendemain… La série n’épargne pas non plus les PDG de ces chaînes cyniques à souhait et que l’on souhaiterait être des caricatures… Avec son esthétique froide comme le tunnel et les bureaux de la PJ, Tunnel donne un sens à son constat sociétal triste et sans appel : la société occidentale consumériste est imperméable aux violences quotidiennes et symboliques mais s’émeut à chaque coup de semonce sensationnaliste. Mais à la fin, comme au final de la série elle-même, nous sommes tout seul face à nos actes et à leurs conséquences.

Si vous n’avez pas vu la série lors de sa diffusion, procurez-vous vite ce petit trésor télévisuel sans concession.

Titre original The Tunnel
Créée par 2013
Avec Clémence Poésy, Stephen Dillane, Jeanne Balibar, etc.
Nationalité Française, britannique
Genre Drame, Policier, Thriller
Statut En production
Format 52 minutes
Publicités
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Real Humans : un miroir pour nos propres existences? | De la Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :