Walking Dead : The Game, un nouveau départ

The Walking Dead le Jeu fait revenir à la vie un genre disparu. Les point and click qui ont tant fait notre joie dans les années 90 étaient peu à peu tombés en désuétude avec l’avènement de la 3D sur nos écrans numériques. Fort heureusement, ce secteur vidéoludique connaît une renaissance brillante à travers notamment de l’œuvre de studio tels que Telltale Games qui a repris entre autre l’hilarante série pirate des Monkey Island et dont le chef d’œuvre est sans aucun doute l’adaptation en jeu du comics à succès Walking Dead.

Hormis quelques épisodes des Chevaliers de Baphomet fort bien réussis et toujours aussi passionnants que les deux premiers épisodes 2D, c’est une longue traversée du désert pour le point and click, ce sous-genre du jeu d’aventure dont tout les amateurs de jeux pc vous parleront avec nostalgie et bienveillance, notamment concernant les productions inégalables de Sierra ou Lucas Art, mêlant fantasy, science-fiction et humour avec brio. Avec The Walking Dead le Jeu, on entre dans une ère de maitrise.

La force première de Walking Dead, le comics comme la série éponyme supervisée par le scénariste originel, est de proposer un univers cohérent d’invasion zombie en mettant en avant – non le coté gore de la chose – mais les relations humaines dans une situation de détresse extrême où tout est à reconstruire. Un retour aux sources après l’attristante vague de série B et Z à base de zombie délaissant tout l’imaginaire de celui qui a façonné l’image moderne du zombie, épuré de ses tenants vaudou, et prétextes à mesurer l’humanité de notre société : George A. Romero. Dans la plus grande tradition, les zombies ne sont pas la menace principale. Ne jouez donc pas à Walking Dead : The Game si votre seul désir est de trucidez des cibles mouvantes. Préférez une bonne partie de Left For Dead. Si, au contraire, vous voulez vivre une belle histoire, que chaque décision faite vous prend aux tripes et vous mets parfois face à de vrais dilemmes moraux alors sautez sur ce jeu à la réalisation scénaristique hors-pair. Et la réalisation graphique est également fabuleuse, l’aspect bande dessinée rend l’œuvre originale sans amoindrir le moins du monde son réalisme.

La première saison nous plongeait dans le réveil brutal d’un repris de justice après un accident de voiture qu’un policier amenait au pénitencier. Un réveil difficile dans un monde où tout a changé en proie aux hordes de zombies dévastant tout sur leurs passages. Pour nous mettre dans l’ambiance, une scène d’action en Quick Time Event fort bien déguisée nous met d’emblée face à un zombie dont il faut se débarrasser. Le jeu réussit parfaitement à nous tenir en état de stress. Les scènes d’affrontement sont rares mais l’ambiance anxiogène du titre rappelle les sentiments que l’on éprouvait plus jeune devant Resident Evil ou Alone In The Dark pour les plus âgés d’entre nous. Le repris Lee écope malgré lui d’une seconde chance et les informations concernant sont délit nous seront distillées au compte-goutte. De cette manière, nous nous identifions davantage à lui et pouvons par nos actes en cours de jeu faire de lui la pire engeance criminelle ou bien découvrir en creusant ce qui fera de lui le personnage de jeu vidéo le plus attachant et le plus humain de ces dernières années. Lee va vite rencontrer Clémentine, jeune fille livrée à elle-même, tous les deux vont s’entraider, rencontrer d’autres groupes, cohabiter avec plus ou moins de succès. Chaque décision-clé est chronométrée astucieusement dans le jeu de manière à ce que nos réponses aux divers protagonistes soient aussi proches de celles que l’on aurait faite instinctivement. Sur ce sujet, une idée intéressante du jeu est de comparer à la fin de chaque épisode nos décisions avec celle des autres joueurs du monde entier. Le climax de la première saison m’aura, je l’avoue humblement tiré quelques larmes. Ce jeu mettra d’accord tout les détracteurs de cette nouvelle tendance des jeux vidéo à vouloir offrir un spectacle hollywoodien. Ce jeu est à la fois un livre dont vous êtes le héros, le meilleur film de zombie que j’ai vu ces dernières années, le meilleur livre de zombie que j’ai lu ces dernières années. C’est l’alliance subtile de tous ces arts qui trouvent leur quintessence dans cette œuvre. Le jeu vidéo véritablement hissé au rang d’art ! Bref, Walking Dead : The Game n’usurpe pas sa réputation et mérite amplement ses multiples récompenses reçues l’année dernière :«Jeu de l’année» aux Video Games Awards 2012, « Meilleure histoire » aux British Academy Video Games Awards 2013 et « Meilleur jeu sur mobile et consoles portables » – British Academy Video Games Awards 2013. Sans compter les critiques élogieuses de la presse professionnel comme de la presse amateur.

La deuxième saison a débuté le 17 Décembre 2013 et sera complété en cinq chapitre dont les dates de sorties sont encore inconnu. Le jeux est disponible sur de multiples plate-formes : Windows, OS X, Xbox 360, Playstation 3, Vita et Ouya. On déplore malgré tout l’absence de versions pour GNU/Linux et Android, qui auraient également accueilli le jeux à bras grand ouverts. Clémentine est le nouveau personnage principal de l’intrigue qu’elle débute avec deux compagnons dont je tairais les noms pour ne pas spoiler les nouveaux joueurs. Très vite, elle sera mise face à de difficiles décisions qui selon le principe fondamental du jeu orienteront la suite de son aventure. Si Walking Dead nous dit bien une chose : « L’enfer, c’est les autres » et il ne s’agit pas ici des zombies, simples corps décérébrés. C’est bien des vices et de l’inconstance humaine dont il faut se méfier tout en prenant garde de ne pas rester meurtri dans notre propre sensibilité, et devenir peu à peu, nous-même, un membre de la meute. Rester humain, non au sens biologique mais bel et bien en ce que l’humanité porte de plus haut comme aspirations : la sécurité, l’amour, la fraternité, l’égalité et la liberté certainement.

(photos (c) Telltale games)

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :