Thomas Livolsi: « Le court métrage, c’est la meilleure école »

La 13e édition d’ Un Festival c’est trop court   a eu lieu du 15 au 20 octobre 2013 à Nice. Thomas Livolsi est étudiant à l’Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle (ESRA) à Nice. Il a fait parti du jury étudiant du festival. Le jeune homme revient sur l’importance du court métrage et sur son expérience de jury. (suite…)

Publicités

« Blue Jasmine » de Woody Allen : rires, failles et névrose

Quand un film de Woody Allen commence, un sentiment s’installe en nous. Que va-t-il nous arriver ? Quelle face de l’humanité le réalisateur va-t-il encore passer au crible ? « Blue Jasmine » ne déroge pas à cette règle. Une histoire digne d’un conte de fée qui s’émiette et finit par s’écrouler. De l’humour au tragique, il n’y a qu’une parole. (suite…)

Gibraltar : un thriller sans surprise

Gibraltar prête son nom au film de Julien Leclercq. Ce « territoire de trafics et de convoitises » donne lieu à une histoire inspirée de faits réels. Au coeur du récit, Gilles Lellouche campe un informateur de la douane française, dont l’émissaire est incarné par Tahar Rahim. Malgré la promesse d’un suspense intenable, cristalisé par la catchline « toujours mentir, jamais trahir », le thriller s’avoue sans surprise. (suite…)

Bruno Cras: profession journaliste de cinéma

Bruno Cras, le célèbre monsieur cinéma d’Europe 1, a su se soustraire quelques heures de l’enfer du Festival de Cannes pour rendre visite aux étudiants journalistes de l’EDJ. L’occasion de dresser le portrait d’un journaliste passionné par le Cinéma. (suite…)

Ciné: Une fée sauvage

Le bayou de Louisiane abrite l’histoire touchante d’Hushpuppy et des siens. Entre fantastique et réel, entre monstres mythologiques et tempêtes. La rage de vivre à l’état pur.

20130128-212013.jpg

(suite…)

Ciné : The Master, le marin sans « Cause »

Toujours en quête, Paul Thomas Anderson poursuit sa recherche du «grand film américain». Pour The Master, il réunit à l’écran les brillants Joaquim Phoenix et Philip Seymour Hoffman pour la première fois. Des images de maître pour un film d’ «artiste» qui sert d’écrin au retour en plein écran de Phoenix. Peut – être trop artistique pour pouvoir plaire, tant l’ennui guette
derrière la juxtaposition des scènes.

(suite…)

%d blogueurs aiment cette page :