Laurent Gounelle et Dieu voyagent toujours incognitos

Sans même avoir surement feuilleter quelques une de ses pages, le nom de Laurent Gounelle nous rappelle vaguement un livre: « L’Homme qui voulait être heureux ». Ce dernier, son premier roman sorti en 2010, fut incontestablement un des best-sellers de cette année-là. Je me rappelle avec amusement l’avoir remarqué chez d’autres : posé sur de larges tables en verre à côté d’un paquet de cigarette sur des terrasses ensoleillées, abandonnée sur des fauteuils, sagement rangé dans une bibliothèque, disposé au sommet de réserves de papier toilette ou encore balloté dans des sacs sorti à la moindre minutes d’attente offert par nos transports en communs. Avouons-le : La vie des best-sellers n’est pas facile. Il est de retour avec « Dieu voyage toujours incognito ».

(suite…)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :