Le vieux qui lisait des romans d’amour

Dans le paisible village d’El Idilio demeure Antonio José Bolivar, un vieil homme d’environ 70 ans. Depuis la mort de sa femme, il vit reclus dans sa cabane en bambou, tout près de la forêt amazonienne. Avant, il allait dans la jungle rejoindre ses amis, les indiens Shuars, et il entrait en communion avec la végétation luxuriante. A présent, entouré de gringos et de chercheurs d’or, ces hommes blancs qui ne respectent pas les lois de la nature, il préfère la solitude.
(suite…)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :