.5: The Gray Chapter, l’hommage sanglant de Slipknot à Paul Gray

Après la mort brutale de leur bassiste Paul Gray et du départ du batteur « Général » Joey Jordison, plus personne ne croyait en Slipknot. Mais la bande masquée de l’Iowa est bien de retour avec un nouvel album, .5: The gray chapter et nous rappelle que Slipknot est indétrônable. En voici les raisons!

Le phénomène Slipknot a commencé en 1995, lorsque neuf musiciens décident de porter des masques de films d’horreur et de faire une musique brutale. Tout de suite remarqué après la sortie de leur premier album éponyme (1999), le groupe renouvelle la scène métal américaine et arrive à se faire une place parmi les plus grands. Leur violence musicale ne passe pas inaperçue lorsque leur deuxième opus  Iowa (2001) les propulse à l’international. Riffs brutaux, samples inquiétantes et batterie d’une technique impressionnante, menés par un chanteur, pouvant passer d’une voix rageuse à des refrains mélodiques, voila ce qui définit leur son et fait le succès de leur musique.

Les deux albums suivants, vol 3 The subliminal Verses (2004) et All hope is gone (2008) ne font que confirmer le talent du groupe, avec des morceaux devenus cultes dans le monde du Metal, comme Before i Forget, Duality ou encore Psychosocial. La mort de l’un des membres fondateurs du groupe, le #2 Paul Gray, décédé dans sa chambre d’hôtel d’une overdose le 24 mai 2010, rend l’avenir du groupe incertain. Mais en 2013, le groupe annonce qu’un nouvel album est sur les rails et essaie de rassurer les fans, après une annonce du départ de celui qui semblait être plus qu’ irremplaçable, le batteur  #1 Joey Jordinson, écarté du groupe pour des raisons encore inconnues…

Retour à la violence

.5: The gray chapter, rend hommage directement au bassiste décédé Paul Gray, remplacé par Alessandro Venturella et démontre que Slipknot est loin d’être mort, au contraire des prophéties faites à son encontre..

Comme à son habitude, la bande des neufs décide de commencer son album par une intro, « XIX », qui met directement dans l’ambiance, samples inquiétantes et planantes cassées par la voix du chanteur Corey Taylor. « Sarcastrophe » et « AOV » explosent dans une avalanche de guitares distordues et de rythmes de batterie hyper rapides, rappelant l’album Iowa et marquent le retour du groupe dans leur origine, la violence pure et dure. Le premier single « The Devil in i » n’est pas le morceau le plus percutant de l’album mais reste tout aussi efficace, accompagné d’un refrain mélodique qui ne laisse pas indifférent. Débutant par une introduction électro, rejoint par la voix mélodique du chanteur, « Killpop »est le morceau séparant l’album en deux. On retrouve Slipknot dans une composition beaucoup plus rock, transpercée par des passages d’une violence renouvelée, un vrai bijou.

« Skeptic » et « Lech » nous ramène à une réalité death metal, véritable chaos musical mené par le jeu de batterie impressionnant de Jay Weinberg, remplaçant de Joey Jordison. Dans un registre beaucoup plus mélodique, « Goodbye », « Nomadic » et « The One that kills the least » rappellent l’album précédent, All Hope is gone, d’une efficacité incroyable, nous plongeant dans une composition ultra travaillée. Arrivé à ce niveau-là, on pourrait croire que le groupe a épuisé toutes ses ressources, mais « Custer » nous propulse une fois de plus dans la nostalgie de leurs débuts: violent, rapide, un véritable coup de poing ! Quant à « Be prepared for hell », elle est une introduction flippante au morceau tel un cadeau aux fans, le percutant « The negative one ».  Le dernier morceau à l’image de tout l’album, « If rain is what you want » est  mélancolique, intense, violent et mélodique: une sorte de schizophrénie musicale, passant d’un extrême à un autre.

Slipknot a une nouvelle fois démontré sa valeur, grâce à un album efficace, un véritable retour aux sources qui ne peut que plaire aux fans, une bombe à écouter sans plus tarder !

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :